Professeur de nos dojos
Aïkido de Dijon (21000), taïkido de Nuits-Saint-Georges (21700) et Belleneuve (21310)

Alexandre Petitperrin, élève d' Alain Peyraches shihan


Vous pouvez suivre ses cours dans les dojos de Dijon, du 21 et même au delà :


Prof aïkido 21

Notre professeur en images au dojo de Dijon :



Biographie aïkido

Alexandre Petitperrin, professeur d'aïkido connu en région Bourgogne Franche-Comté

Alexandre Petitperrin commence l'aïkido au dojo d'Alain Peyrache Shihan en 1999. Passionné, il n'y a pas assez de stages ni de cours qu'il peut suivre avec son Maître. Particulièrement doué pour la pratique martiale, il s’essaye à de nombreuses disciplines notamment karaté et judo depuis l'âge de 7 ans. Suite à sa rencontre avec Alain Peyrache Shihan, une révélation pour lui, il se consacre avec passion à l'aïkido. Ce que d'autres font en 20 ans il le fait en 5 ans.

En 2006 il devient professeur au dojo de la MJC des Blanchettes, à Mâcon. Pendant plusieurs années de nombreux élèves sont formés, certains se destinant eux aussi à être professeur. Solidement entouré il participe au développement de l’aïkido : verront le jour deux nouveaux dojos sur les communes de Bâgé-la-Ville (01) et Saint Symphorien d’Ancelles (71) dans lesquels il enseignera également.

En 2011 il quitte définitivement la région mâconnaise et s’installe à Dijon.


Cédric SANTIER deviendra donc son sotodeshi en s'investissant dans le développement des dojos de Mâcon et de Bâgé-la-Ville au sein desquels il est toujours professeur aujourd'hui. Site du dojo de Mâcon

Suite à son départ du maconnais, Alexandre Petitperrin enseigne alors l'aikido au sein de l’association Dijon Aikikaï sur la Ville de Dijon au dojo de Mirande.

Parallèlement il étudie une discipline associée, le taïkido, et c'est un peu plus tôt en 2009 qu'il commencera à enseigner le taïkido à Chalon sur Saône à un grand nombre d’élèves de la région. Il commencera également l'enseignement du taïkido à Nuits St Georges début 2014 suite à la création d'un dojo due à une demande croissante dans cette région.

Depuis lors a vu le jour également en 2013 "Aïkido Besançon" au sein duquel notre professeur à la demande des bisontins se consacre à l'enseignement de l'aïkido, en plein coeur de sa ville natale.

Non loin de là, à Dole, un de ses élève Fabien Renaud devient sotodeshi en développant à son tour l'aïkido traditionnel Site du dojo de Dole

Pyramide aïkido

Le fonctionnement pyramidal de la transmission d'un dojo traditionnel d'aïkido, ici celui de Dijon en image :

Pyramide aïkido du dojo de Dijon qui vous explique le fonctionnement d'un dojo traditionnel Cliquez pour ouvrir l'image en grand


Alain Peyrache sensei

En savoir plus sur son maitre d'aïkido Alain Peyrache shihan :

Il est un pionnier du développement de cet art martial japonais en France

en filiation directe et sérieuse (ce qui est rare) avec le fondateur de l'aïkido O Sensei Morihei Ueshiba, puisqu'Alain Peyrache fut élève de Nobuyoshi Tamura pendant plus de trente années.

Alain Peyrache


Les uchideshi (élèves) qui remplaceront le professeur au dojo de Dijon

En cas d'absence, ou par choix du professeur pour les former

Uchideshi
aux dojos du 21



Rôle des uchideshi dans un dojo d'aïkido traditionnel
à Dijon, dans le département du 21 et comme dans tout dojo d'art martial authentique où qu'il soit

Uchideshi (élève se formant au dojo de son professeur)

Le travail d'un uchideshi est de gérer la vie du dojo pour en connaitre tous les aspects et toutes les tâches afin de devenir autonome et un jour être lui même professeur dans son propre dojo (sotodeshi).

Cette étude comprend donc au dojo l'art d'enseigner l'aïkido traditionnel, c'est pourquoi les uchideshi les plus réguliers prennent souvent en charge des cours, sous la direction du professuer du dojo.


Citations aïkido traditionnel

Extraits de l'article "Le rôle des uchideshi" | source : www.aikido-lyon-tassin-69.com

"Un moyen très efficace de connaître ses limites, sa place, ses compétences c'est la base d'un art martial.

Dans un art de guerre celui qui n'a pas ces compétences ne vit pas longtemps.

Tout cela n'a bien sûr aucun sens dans le sport, car on essaie et tant mieux si cela fonctionne... donc encore une fois exactement l'opposé... On insiste car les débutants recherches dans le sport des repères pour la pratique martiale, non seulement cela ne les aident pas mais les empêchent de progresser sur la voie (do) de leur art..."